La vente de médicaments à l’unité en test dans 4 régions

pilulesLes régions Île de France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Lorraine et Limousin ont été choisi pour tester la vente de médicaments à l’unité durant une période de 12 mois. Pour l’instant les ARS (Agences Régionales de Santé) sont en phase sélection des 100 officines qui vont participer à l’expérience. Parmi elles, 25 serviront de témoins et continuerons à fonctionner normalement et 75 mettrons en place la vente à l’unité. Ces dernières recevront une rémunération spécifique pouvant atteindre 1 500€ / an.

L’objectif final de ce changement : économiser sur les remboursements de la sécurité sociale, mais aussi limiter le gaspillage et les risque d’automédication dangereuse. En France, chaque foyer possède environ 1,5 kilos de médicaments non utilisés dans son armoire à pharmacie, et nombreux sont ceux qui reprennent un antibiotique sans l’avis de leur médecin, simplement en se basant sur des symptômes a priori similaires à une maladie antérieure.

L’expérimentation portera principalement sur une vingtaine d’antibiotiques, dont 3 sont considérés comme critiques : l’amoxicilline, l’acide clavulanique et l’enoxacine. Les pharmacies distribueront donc aux patients le nombre exact de comprimés prescrits dans le traitement, tandis que l’Inserm (), de son côté, évaluera l’avis desdits patients, les différences de volumes d’antibiotiques vendus et celles des stockages chez les particuliers, la masse de travail supplémentaires pour les pharmacies et les économies réellement faites avec ce système.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.